Présentation générale analyse de situation

Objectifs et modalités de l’épreuve

Objectifs

Audencia donne clairement les objectifs de cette épreuve d’ analyse de situation sur son site officiel : «Permettre d’évaluer la capacité des candidats à comprendre les données d’une situation, à les analyser et à adopter une position qui sera justifiée par une argumentation structurée».

On mesurera autant votre capacité à mener un raisonnement logique en maniant des arguments que votre capacité à vous exprimer correctement et de manière élégante. La copie doit être de qualité autant sur le fond que sur la forme (il va de soit que le style «sms» est à proscrire).

Modalités

La particularité de cette épreuve est double : d’une part la durée est très courte (45 minutes) et il ne s’agit ni d’une dissertation, ni d’un commentaire de texte, ni d’une synthèse… C’est une épreuve unique en son genre.

Il s’agit en fait d’une courte note, une argumentation structurée et précise qui répond à la question posée dans le sujet. Elle se compose d’une introduction, de deux ou trios arguments précis et solides accompagnés d’exemples tirés de l’actualités ou de votre culture (philosophique, économique, culturelle) et d’une conclusion.

Étapes du devoir et présentation de la copie

Les différentes étapes

L’analyse du sujet est une étape à ne pas négliger : le hors-sujet est une faute lourdement pénalisée ! Il faut donc bien prendre la mesure du sujet pour trouver une bonne problématique.

Ensuite, il faut comprendre et définir les termes du sujet : cela est une étape d’autant plus importante quand les termes sont flous ou vastes (information, loi, morale, etc.). Il convient de préciser cela avant même de commencer une réflexion.

Lorsque le sujet est bien compris et que les termes sont bien définis, il faut alors mettre en évidence les acteurs engagés. Ils peuvent être multiples et il ne faut en négliger aucun, qu’ils soient en amont ou en aval du problème soulevé : cela peut donner lieu à des arguments plus vastes et donc ayant plus de poids. Des acteurs découle logiquement les enjeux, qu’ils faut également identifier le plus clairement possible : ils font également partie intégrante de l’argumentation que vous allez développer. Ces enjeux peuvent être de natures très variables : économiques, politiques, culturels, financiers…

Enfin, cela permet de dégager le problème qui sous-tend le sujet. Une fois les interactions dans le sujet bien mises en évidences, les termes définis, et les acteurs et enjeux mis en exergue, la problématique apparaît d’elle-même !

Cela constitue l’étude préliminaire du sujet : à partir de là, vous pourrez choisir votre point de vue («oui» ou «non») par rapport à la question posée dans le sujet. Il faut alors développer deux ou trois arguments solides pour soutenir votre position. C’est une étape très importante : ils doivent être précis et valables, bien organisés entre eux (ne pas s’additionner de manière désordonnée) et illustrés par plusieurs exemples. Il faut noter que deux arguments bien en place valent mieux que trois dont un traité trop rapidement !

Présentation de la copie

La copie se présente selon trois grands moment : l’introduction, le développement et la conclusion. Il ne faut pas mettre de titre : les parties doivent ressortir naturellement (les transitions sont donc très importantes !).

L’introduction suit des règles strictes et ne doit pas dépasser un quart de la copie. Elle doit en revanche situer le problème dans l’actualité, définir les termes trop vastes ou problématiques, indiquer les acteurs et enjeux, et annoncer le plan et les arguments (de manière succincte, afin de ne pas ôter leur impact).

Le développement doit être composé d’autant de paragraphes que d’arguments. Deux arguments bien développés et structurés valent mieux que trois mal agencés ou dont un serait largement moins bon : cela nuit aussi à la clarté et l’efficacité de votre démonstration, n’oubliez pas qu’il s’agit dans cet exercice d’être le plus convaincant possible. Enfin, les arguments (les paragraphes) ne doivent pas être placés au hasard, mais suivre un raisonnement logique.

La conclusion ne doit pas être une redite des arguments énoncés dans la copie : elle est avant tout un moment d’ouverture. Les perspectives peuvent être temporelles, sociales, culturelle… Toutefois elle doit commencer par une courte phrase qui rappelle la position que vous aurez tenu tout au long de votre copie. C’est une partie importante en ce qu’elle est ce que le correcteur lira en dernier !

Comportements à adopter pour une bonne copie

À proscrire

La présence d’un de ces travers dans une copie d’ analyse de situation (ou pire, l’accumulation de ces travers) réduit généralement la note au dessous de la moyenne… Sont donc à proscrire :

  • Le hors-sujet (évidemment)
  • Le non-respect des règles de l’épreuve (introduction – développement – conclusion…)
  • Mauvaise introduction (non-respect des règles évoquées plus haut)
  • Développement schématique ou confus
  • Expressions écrite simpliste, confuse ou incorrecte.

La bonne copie

À l’inverse, une bonne copie sera bonifiée si elle contient toutes les qualités suivantes :

  • Une prise de position précise, annoncée clairement dès l’introduction et une annonce du plan habile et également précise
  • Des arguments à la fois précis, efficaces et originaux pour étayer la position défendue
  • Une bon enchaînement logique des arguments, eux-mêmes appuyés par des exemples précis et variés
  • Des paragraphes bien équilibrés dans le développement, mais aussi entre l’introduction, le développement et la conclusion
  • Une bonne expression (Grammaire, lexique et élégance)
  • Une conclusion convaincante, qui ne se contente pas de répéter les arguments déjà employés
  • Une certaine originalité dans la manière d’aborder et de traiter le sujet (c’est là un point qui fera la différence entre une bonne et une excellente copie)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *